EN

Traduire :

437 Rue Cherrier, Montréal, Quebec H9C 1G1,
image40
image41

Partenaires

image42
image43
L'unique guichet d'accès aux services de garde reconnus au Québec.

Services

French immersion program

image44


ITS A TOTAL IMMERSION : FRENCH 

BE READY FOR SCHOOL!


Our academic/play program has made its proofs :  most children who attend our program for a full year are fluent in French by the time they graduate.


Are you considering a french private school?

All Preschoolers who attended the program passed the admission tests.


English is not forgotten : 

Educators have excellent French and English skills. 


Programme éducatif complet

image45

  • Les sons, les textures les couleurs, les formes, les animaux, les objets.
  • Le partage, la propreté, les émotions, la politesse, le respect, la sécurité.
  • Les saisons, la famille, les planètes, la musique, les plantes, les fruits, les fleurs. 
  • Ramper, rouler, danser, sauter.
  • La posture, la flexibilité, l'agilité
  • Le soccer, le yoga, la danse, la gymnastique
  • Les pays, Les villes, les musiciens, les artistes.
  • Les livres, les livres, les livres!

Nutrition-sans allergènes

More pictures here


Repas santé et collations fraichement préparés tous les jours.


  • Une collation le matin
  • Le repas du midi
  • Une collation l'après-midi



****

Clean, healthy homemade food, everyday .


  • Morning snack
  • Lunch
  • Afternoon snack



ARTICLES ET PUBLICATIONS

TRANCHE DE VIE

Mon enfance, la nourriture et les moments qui venaient avec.


Depuis l'ouverture de la garderie, nous avons testé plusieurs concepts.

Certains ont fonctionné mais d'autres étaient totalement contraires à ce que je désirais pour les enfants.

Ces aventures m'ont inspirée à vous partager un tranche de vie…

Le plus lointain souvenir relié à la nourriture (antérieurement à la réalisation que j'en avais besoin pour survivre) c'est d'avoir compris l'importance d'éviter le gaspillage : chez nous, la nourriture, c'était précieux.

Ainsi, le malheur de me retrouver seule avec deux insignifiants arbres verts  dans mon assiette n'égalait pas le sentiment de culpabilité provoqué par le regard de mon père si j'osais les maltraiter avec ma fourchette.

Le contenu de nos assiettes était toujours équilibré, coloré, appétissant. Tous les soirs, les repas étaient fraîchement préparés. Avec amour. Je ne crois pas avoir manqué d'un groupe alimentaire une seule journée de ma jeunesse.

Les années ont passées et les choix des menus est devenu un exercice démocratique. Chacun participait à sa manière. L’influence de nouvelles cultures ainsi que la disponibilité d’ingrédients autrefois inconnus nous ont motivés à innover.

Ainsi, les brocolis se sont mariés aux choux fleurs dans un bain de sauce savoureuse  pour ensuite découvrir le fromage et les gratins. Les autres légumes ont fait la connaissance du Wok suivi du curry et des épices des quatre coins du monde.

Les moments passés à la table pour découvrir de nouvelles  saveurs sont devenus agréables, précieux. Nous avions hâte de nous y mettre.

La grande majorité de mes souvenirs en famille se retrouvent dans la cuisine!

Les mets ont évolués  mais lorsque vient le temps de préparer le repas chez mes parents, les traditions sont toujours les mêmes. Les mets sont colorées, les ingrédients dont choisis avec soin et les moments partagés ensemble sont tout aussi précieux que le contenue de nos assiettes.

Alors voilà, quand ma maman m'a offert de cuisiner pour les enfants de la garderie j'ai accepté. Humblement.

Merci Nana

P.S. : j'adore les brocolis! 

Marie-Eve Dubé

image46

Les jeux libres

Le jeu libre : un cadeau pour la vie

  

Que pensez-vous de cet objet? 

Plutôt simpliste non?

Il ne ressemble en rien à ceux que l’on trouve sur les étalages des détaillants de jouets. Ces boîtes qui contiennent des pièces et des blocs ainsi qu’un cahier d'assemblage. 

Dans chacun des emballages, on retrouve le nombre exact de pièces requises pour fabriquer des petites merveilles d’ingénierie.

Nos enfants s’installent et les construisent en suivant les étapes, tout comme un adulte le ferait pour assembler un meuble. Ces fameux meubles emballés à plat : il suffit de suivre le mode d’emploi, de ne pas sauter d’étape et de se poser de sérieuses questions si l’on se retrouve avec des pièces excédentaires une fois le projet terminé.

Les créations de Simon :

À mes yeux, tout comme aux yeux de mes collaborateurs dans le milieu de la petite enfance, ces objets ne sont rien de moins que des chefs d'œuvres!

Tous les brevets vont à Simon: un enfant de 4 ans qui les a conçus et construits de toutes pièces. Sans modèle, sans directives, sans mode d'emploi.

L'évolution dans la qualité des assemblages témoigne de l'importance que l’on se doit accorder à un concept souvent mal compris, celui du jeu libre.

Le jeu Libre :

Pourtant vieux comme le monde, le jeu libre fût mis de côté au profit d’une pédagogie plus encadrée. Sa valeur ajoutée est parfois méconnue, incomprise ou même totalement rejetée par certains parents.

À deux ans, Simon a commencé à jouer avec des blocs. Il avait à sa disposition une énorme boîte contenant des centaines de blocs. Dans un autre récipient : un ramassis d'objets désordonnés. Le petit homme était supervisé par des adultes, des éducatrices mais on ne lui disait pas ce qu'il devait faire.

À deux ans et demi, la vie était difficile pour notre apprenti architecte qui aimait construire d’énormes tourelles. Celles-ci étaient les premières à s'écrouler. Simon faisait de même quelques secondes plus tard! S’en suivaient les larmes, la frustration d’avoir échoué et la déception. En échange, on lui faisait un câlin, on lui disait :

"c'est pas grave"

Puis, on lui proposait un autre projet. Parfois il décidait de retourner aux blocs en soirée, au plus tard, c'était le lendemain.


Supposons pour un instant que les adultes qui supervisaient Simon avaient utilisé une autre approche que celle décrite précédemment. On oublie le câlin et on se met en mode autoritaire :

"je vais te montrer comment on monte une tour solide mon Simon. Tu arrêtes de crise de bébé et tu me regardes".

Puis, notre apprenti ébranlé aurait eu droit à un cours d'architecture 001 suivi d'un sermon au sujet de son âge; de ce qu'on doit faire si on veut être un grand garçon. La première étape vers le succès étant de cesser d'exprimer sa tristesse et sa frustration.


La grande question : croyez-vous que Simon aurait eu la motivation de retourner aux blocs aussi rapidement s’il avait toujours eu droit au second traitement? 



Le lâcher prise :

Six mois sont passés; 14 semaines pendant lesquelles Simon a appris la notion de gravité. Il a compris comment stabiliser une structure. Par essais et erreurs il a compris la notion d’équilibre : répartition du poids, l’ergonomie pour enfin, ajouter une touche d’esthétisme à ses projets!


Simon a construit ce bolide. Il en est fier!


Au-delà des concepts de physique, Simon a aussi appris qu’il a droit à l’erreur, qu’il suffit de recommencer lorsque le résultat ne lui plait pas. Il a compris qu’il était capable de mener projet à terme, en utilisant ses mains, son cerveau et beaucoup de patience.


Mais ceux qui sont témoins de la vraie magie; ce sont ses parents, ses éducateurs et les professionnels du milieu de la petite enfance,

Nous réalisons que Simon a développé des atouts qui le suivront toute sa vie : la confiance en soi, la créativité, l’indépendance. Il a aussi appris à mieux gérer ses émotions.

Le jeu libre, ce « laisser-aller » volontaire de la part des parents et des éducateurs, a contribué à lui donner envie de recommencer encore et encore.

À 4 ans, Simon a développé son premier talent. Tout seul. Comme un grand.


Les jouets

Un "bon jouet" ne se résume pas à un "bidule" multicolore qui crie le nom des formes et de leur couleur quand l'enfant appuie sur des boutons. 


Tout ce qui sert à inventer, à construire, à agencer, à fabriquer à "faire semblant".


Laisser "trainer" des crayons, des papiers, des ciseaux d'enfant dans le salon.


Allons jouer dehors! Faire quoi? Je sais pas Simon tu décides!


Bref, ce qui est expliqué, enseigné, modélisé, ou dicté à l’enfant risque de s'effacer de sa mémoire plus rapidement que les notions apprises par les jeux libres. Ces dernières sont acquises et deviennent intrinsèques à l’enfant et à l’adulte qu’il deviendra.

Le jeu libre n'est pas une période de "repos" entre deux activités d'apprentissage importantes mais plutôt un besoin essentiel à la construction du cerveau de nos tout petits.


Marie-Eve Dubé

Présidente et fondatrice

CEPP DC

image47
image89

#freeyourplay - une initiative de KAMIK

LE JEU LIBRE : UNE NÉCESSITÉ


Le jeu LIBRE est une activité non structurée, initiée par l'enfant. 

Cette activité lui permet  de 

développer son imagination tout en explorant 

et en découvrant le monde qui l'entoure. 


 Lorsque ce sont les enfants 

qui dictent les règles 

et laissent libre cours à leur imagination! 



1- DÉVELOPPEMENT DU CERVEAU: 


Observer  et de développer des 

compétences ;

Résoudre des problèmes;

Développer la mémoire;

Pratiquer la créativité et l'imagination. 



2- MIEUX COMMUNIQUER; 

INTERAGIR AVEC LES AUTRES


Sans structure stricte, les enfants 

apprennent à partager, à coopérer et à 

communiquer avec les autres. 


3- DE MEILLEURS ADULTES, POINT!


Jouer librement contribue au bien-être émotionnel 

des enfants. Des jeux qui ne sont pas dirigés par des 

adultes contribuent à renforcer la confiance et l’indépendance.

 Laisser place au jeu libre est devenu vital. 

_American Academy of paediatrics.

FREE PLAY, A NECESSITY


Free Play is unstructured, child-initiated activity that allows kids to develop their imaginations while exploring and experiencing the world around them. Free play happens when kids call the shots and let their imaginations run wild!  


1- IT BUILDS STRONG MINDS : 

  • Children have a chance to observe and develop problem-solving skills
  • Develop memory, and practice creativity and imagination.

2- IT MAKES GOOD COMMUNICATORS

  • They learn how to interact with others : what works well and what doesn't
  • With no strict structure, children learn to share, cooperate and communicate with others.

3- IT MAKES BETTER ADULTS IN EVERY ASPECT.
Playing freely is contributing to children’s emotional wellbeing. Play that’s not adult-directed helps build confidence and independence.The need for free play has become critical, especially given the recent recommendation to increase children’s unstructured play from the American Academy of Pediatrics.